Persévérance

Mon en-cours commencé aujourd’hui : Naya, une des « fifilles » de ma deuxième fille, Natasha

Chat birman avec un croisement (siamois je crois : je demanderai car pas certaine)


Pastels … et je ré-essaie le papier Ingres : je n’avais pas été très convaincue mais… comme je suis une têtue – eeeeett ! – que je viens de comprendre comment utiliser les pastels sur ce papier, je persévère donc 

pour donner une idée de ce qu’est ce type de papier j’ai fait une photo de plus près : c’est un papier strié. Quand je commence à déposer mes couleurs, j’utilise alors ce que l’on voit sur la première photo, à savoir un « colour shaper » : c’est une sorte de pinceau avec pointe en silicone et ça me permet au fur et à mesure de mieux étaler la poudre de pastel

devinez ce que j’ai dessiné…

en plein dans le mille ! un chat… non : une chatounette 😉 En fait, il s’agit de la soeur de ma petite Gribouille. Elle est chez une amie et collègue et j’espère lui rendre un bel hommage

J’ai dû le recommencer : une « bête » erreur de ma part dans la position des yeux. Je pense que cette fois c’est bien parti 😉

Il y aura une autre petite chatte, pour cette même collègue, à réaliser : un peu plus foncée cependant

Memphis

joli nom pour cette petite boule de poils qui compte énormément dans le coeur d’une amie et collègue : un beau Yorkshire …. pleeeeeein de poils ! 😀

exercice donc un peu plus difficile que le chat mais j’ai beaucoup aimé

j’ai arrangé un peu à ma « sauce » le fauteuil contre lequel il est appuyé (à vrai dire, ce détail m’énervait : j’aurais dû y penser plus tôt et imaginer un coussin, tout simplement)

Il est réalisé aux pastels secs Derwent sur Pastelmat anthracite 24 x 30 cms

hommage

à Sayko

Pour un collègue et ami, et à sa demande, j’ai réalisé le portrait du labrador (il me semble en tout cas qu’il s’agit de cette race) parti au paradis des chiens il n’y a pas longtemps.

Il s’agit de mes crayons préférés : les pastels Derwent, sur Pastelmat blanc 24 x 30 cms

… il y avait de la poussière noire partout, je n’osais plus rien toucher

j’ai essayé qu’il soit le plus ressemblant possible, mais – pour reprendre les paroles de Sylvain Loisant : un portrait au dessin ne doit pas être une autre « photo ».

Pour me créer des repères, j’ai dû éclaircir au maximum la photo originale

une autre demoiselle

… Yuki – probablement une écaille de tortue : je dirais une écaille de « torture » ^^ bon sang comme j’ai eu difficile pour elle

Photo trop foncée, bouts d’oreilles manquants 🙂 j’ai donc dû deviner pour les oreilles et régulièrement passer sur la version très éclaircie pour m’en sortir et me guider

Résultat ? pas terrible… ça sera un exercice de plus et j’espère que mon fiston me procurera une bien plus belle photo, ne fut-ce que pour rendre à Yuki un meilleur hommage

la dernière photo, vous l’aurez devinez, est la photo éclaircie au maximum

Matériel : pastels secs Derwent et Faber Castell Pitt – pastelmat